Emilie Mahaux Copywriter

Hello, moi c’est Emilie. J’ai 25 ans et je suis Copywriter.

Comme toi, il n’y a pas si longtemps je ne savais pas ce que c’était le Copywriting. Pourtant, depuis toujours j’ai ça dans le sang ! Il m’aura simplement fallu le petit coup de pouce de la vie pour m’en apercevoir.

Une sensibilité artistique

J’ai toujours su que je ferais un métier artistique. C’était un peu problématique car, dans ma famille, l’art est une chose tellement subtile qu’on ne la côtoie pas. Sans surprise, j’étais donc l’électron libre avec des idées farfelues.

D’ailleurs, des idées, j’en ai eu :

  • Maquilleuse professionnelle (mais je n’avais aucune envie d’arracher des poils pour y arriver)
  • Photographe (mais il paraît que je coupais toujours le cadre où il ne fallait pas)
  • Décoratrice d’intérieurs (la faute à mon dossier scolaire, celle-là)

Le problème, c’était aussi que je n’étais pas créative, en apparence. Forcément, mes parents ont assimilé mes envies à des lubies.

Je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais faire. J’ai laissé la vie me le dicter au fur et à mesure des années (et ça m’a plutôt bien réussi).

J’ai mis une première pierre à l’édifice en travaillant dans la communication. Finalement, personne ne savait trop ce que je faisais là, mais moi je savais que quelque chose dans cette branche m’appelait. Il m’aura fallu 5 ans pour le découvrir !

Ancré en moi

J’aurai peut-être dû me douter que l’écriture était une partie de moi. Comme beaucoup d’adolescente de ma génération, j’ai passé des heures sur mon Skyblog à raconter ma misérable de vie (j’ai eu une crise d’adolescence assez brutale).

Quand c’était trop personnel, il m’arrivait de prendre un carnet pour y écrire pendant des heures. C’était mon échappatoire quand, à l’époque, je pensais que personne n’était capable de me comprendre. Ma bouffée d’oxygène dans un monde qui m’oppressait déjà.

J’écrivais pour moi. Et seulement pour moi.

Perdue dans le tourbillon de la vie

Finalement, je me suis fait aspirer par la construction de ma vie professionnelle. J’avais décidé de ne plus être différente, mais plutôt d’être la meilleure. Il me fallait briller dans mon métier.

Pour cela, pas d’autres choix que de partir à la conquête du St Graal : le CDI. Ces 5 premières années auront été pleines de rebondissement jusqu’à la claque : le Burn-out.

Je l’ai vécu comme un échec et pourtant, il est désormais la plus belle chose qui m’est arrivé. Je suis une fervente partisane du : ce qui ne te tue pas, te rends plus fort.

Et c’est à la quête du bonheur dont je suis partie, afin de ne jamais regretter ma vie.

Quand ta passion devient ton métier

Finalement, cela faisait déjà de long mois que je m’étais remise à écrire. À partir du moment ou j’ai senti ma vie professionnelle vaciller, je me suis réfugiée dans un blog personnel. FolieCurieuse est né.

L’idée était présente dans mon esprit depuis bien longtemps, mais c’était l’heure. J’avais besoin de ça pour garder la tête hors de l’eau. D’ailleurs, il n’y avait plus que ça qui comptait : écrire.

C’est également ce qui m’a donné le souffle d’avancer après avoir quitté mon emploi. Contrairement à beaucoup, je n’ai pas changé de vie volontairement. C’est une fois encore le destin qui a m’a secoué les puces. Sacré destin !

Le Copywriting comme réponse à mon bonheur

Depuis toujours, je répète que je ne pratiquerai qu’un travail qui me rend heureuse et qui me plaît. On a tenté, en vain, de me convaincre du contraire pendant 25 ans. Et me voilà !

Finalement, l’écriture et le Copywriting, c’est un peu l’évidence que j’avais sous les yeux depuis toujours. Mais il faut avancer dans notre vie pour comprendre les signes qu’elle nous envoie.

Aujourd’hui, je m’écoute et je poursuis mon chemin de chef d’entreprise pour venir en aide à tous les autres créateurs d’entreprise.

Finalement, ma force, c’est de toujours écrire avec le cœur.